Reportage

 

Le business pirate des consoles de jeux

Publié le 22-02-2004 dans le thème Lois - Justice

Pays : Europe - Auteur : Damien Bancal


Pub : Découvrez les Labs ZATAZ

Note des lecteurs: 1.7/5

Jeux consoles sur Internet, la grande foire aux pirates
Depuis plusieurs mois les consoles de jeux, nouvelle génération, débarquent en force sur le marché ludique. Playstation 2, Xbox, GameCube, les consommateurs ont de quoi s'amuser, les pirates aussi. Copies de jeux, puces et émulateurs effrayent Sony, Microsoft et Nintendo. ZATAZ Magazine vous entraîne dans les réseaux parallèles dédiés aux consoles de jeux.

Je cherche, je trouve
Mathieu à 14 ans, il vient de recevoir pour son anniversaire la Game Boy Advance, la console de jeux portable de Nintendo. En bonus, l'adolescent a reçu deux jeux pour dire de ne pas se retrouver avec une belle boite en plastique sans vie. Il ne lui faudra pas une semaine pour finir ces deux premières cartouches. Mathieu est un acharné et il fait parti de ces gamers qui savent dompter un jeu vidéo à la vitesse grand V. Que faire pour ce jeune joueur ? Racheter de nouveaux produits. Difficile pour son porte-monnaie de suivre. Les Parents ? Pas question de les " taxer ". Côté jeux vidéo, Mathieu préfère que son père soit un allié. Motivé, Mathieu a entendu parlé d'un boîtier qui se colle sur sa console. Cette cartouche peut contenir pas moins de 100 jeux et cela sur le même support. Ni une, ni deux le gamin se connecte au web. En deux clics de souris et 4 mots clés placés dans son moteur de recherche favoris, le voilà devant plusieurs dizaines de pages dédiées à sa nouvelle passion. Les mots n'ont rien de magique, tapez emulator, warez, romz et vous aurez vite compris l'efficacité de ces quelques mots.
Ces sites web proposent des roms, des clones parfait, de quasiment tous les jeux proposés sur le marché international. Une caverne d'Ali Baba que notre internaute s'empresse de télécharger. Les jeux sous forme de fichier rom ne sont pas utilisables sur sa console, du moins pas sans les intégrer dans une cartouche appropriée. Mathieu va apprendre d'un de ses camarades qu'un site web chinois propose ce genre de produit pour une somme quasi dérisoire. Les parents du gosse ont très vite été convaincus. Investir un peu plus de 100 euros pour qu'il ne soit plus obligé de payer des jeux au fiston. Bonne affaire. Mathieu a su les convaincre et le voilà trois semaines plus tard avec son matériel de transfert de roms, un dumper. Il ne lui reste plus qu'à trouver les sites diffuseurs de jeux et le tour sera joué.

:: Définitions ::
Iso :
Désigne la copie conforme, le clone parfait d'un Cd Rom.

Leech : C'est le fait de venir télécharger un logiciel. Désigne aussi la pratique d'un utilisateur sur un site qui prend tout et ne laisse rien, vient de l'anglais "leech" signifiant "sangsue".

Rip, Ripped : Versions de jeux ou logiciels qui ont été nettoyés de leurs parties non indispensables - Vidéos, notices, etc... - pour permettre un téléchargement plus rapide. A la différence d'une image ISO, le RIP est une simple copie de fichiers, le CD résultant de cette copie ne sera donc pas conforme à l'original.

Warez : Terme utilisé pour parler de contrefaçon de logiciel. Deux catégories principales dans le warez. Les Gamez, comprenez la copie de jeu et les Appz, copie d'applications, d'utilitaires, …

Backup : Sauvegarde.

Emulateur : Un programme qui permet de transformer votre PC en une machine complètement différente. Pour le cas des consoles de jeux, l'émulateur va transformer votre ordinateur en console de votre choix.

Rom : Cela correspond en un fichier dans lequel a été transféré le contenu d'une cartouche afin de pouvoir l'utiliser sur votre ordinateur via un émulateur. Une rom est la réduction de Read Only Memory. Pour importer une cartouche sur votre ordinateur il faut utiliser un dumper, une programme couplé à un boîtier prévue pour copier les jeux.

Dump : Traduisez ce mot par "le groupe X à dumpez le jeu Y". En gros ils sont les auteurs de la copie.

Criminel, moi ? Jamais
Le cas de Mathieu est un vrai casse tête pour les producteurs de jeux vidéo. Lors de notre enquête nous avons pu recenser pas moins de 2 500 sites receleurs de jeux pour console. Nous n'avons ciblé ici que la Game Boy Advance. Imaginez pour les autres consoles, même si le phénomène est à pondérer pour les consoles de salon de dernière génération. Sur les 2 500 sites contrefacteurs, une dizaine était de ce que l'on peut appeler de la grosse pointure. Des fabricants fournisseurs, des dumpeurs.

Une petite recherche rapide nous entraînera dans 90 % des cas sur des serveurs et entreprises basées en chine. Le système de la contrefaçon de jeux console est quasi identique à celle des autres supports, seulement pour le milieu des consoles ont s'aperçoit très vite de la main mise des mafias locales spécialisées dans le domaine des consoles de jeux. Il faut savoir que dans le piratage de console ce qui rapporte le plus n'est pas le jeu en lui-même mais l'ensemble des périphériques utiles au bon fonctionnement de ce genre de contrefaçon. Prenons par exemple la Playstation 2. Pour pouvoir jouer avec un jeu de la dernière de Sony il faut une puce, onéreuses et surtout dangereuse à insérer.

La moindre erreur et la console pourra finir sa vie dans une poubelle. Pour la portable de Nintendo, le GameBoy Advance, il vous faut un adapteur PC/console, un câble et les cartouches vierges. Des budgets qui peuvent vite dépasser plusieurs centaines d'euros. Pour les jeux ? Simple ou presque. Taper dans un moteur de recherche, prenons Google par exemple, les mots suivants : Rom GBA warez. Le moteur de recherche va vous sortir, en quelques secondes, des centaines de liens plus ou moins efficace. La plupart de ces sites s'ouvrent sur une page d'avertissement, très souvent nommée Advertisement. Les avertissements ont pour but avoué de protéger les diffuseurs des roms et autres copies. Ils vous annoncent tout de go que la diffusion est possible et l'utilisation des roms autorisées à la condition de garder les copies 24 heures et de les effacer au bout de cette durée. Bien sur ceci est totalement faux et il n'est plus rare aujourd'hui de voir un juge rajouter une couche à la peine d'un contrefacteur car ce dernier avait abusé de ce genre d'avertissement. Comme le veut l'adage nul n'est censé ignorer la loi. Que dis la loi justement ? La loi française est très stricte avec les contrefaçons. Les peines avec amende sont monnaies courantes aujourd'hui. Les consommateurs peuvent, dans la limite, ou ils possèdent l'original faire une copie de sauvegarde. Il est strictement interdit de diffuser, vendre et/ou mettre à disposition cette copie de sauvegarde.

Réseaux pirates
Les réseaux de pirates de jeux pour console sont quasi identiques à ceux qui opèrent sur des supports comme le PC. Il n'est d'ailleurs pas rare de croiser des groupes de warez sur PC dans la contrefaçon de jeux pour console. La technique reste la même. Trouver la nouveauté. L'acheter ou se la procurer par d'autres moyens : Prêts, presse, éditeurs. Selon la console, travailler sur le support, les jeux et sur la puce qui va permettre de faire tourner la copie. Ici les Electro-Wizard, les magiciens de l'électroniques rentrent en jeu et la course au crack peut débuter. Le mieux est de ne pas intervenir sur la console. Pour cela des CD Boots sont créés. Ils vont faire sauter la protection intégrées dans la console. La Playstation première du nom avait eu droit, avant les puces, à son CD Boot. Les premières générations de consoles permettaient aussi le simple transfert d'un jeu. Nous avons souvenir d'avoir vu, dans les années 90, dans les rues de New York, plus précisément à China Town des boutiques vendant le copieur, Dr Nintendo, pour copier les jeux pour la Nes ou Super Nes.
Aujourd'hui les pirates doivent travailler au plus précis, mettant au point des puces électronique à souder dans les consoles pour permettre de jouer avec des CDRoms de jeux gravés. La copie ? Souvent une formalité. Un nombre impressionnant explique comment dupliquer un jeu pour console, quand ce n'est pas carrément la fourniture du crack qui aidera le futur copieur dans sa tache. Il ne reste plus qu'aux groupes pirates créateurs de puces à diffuser les jeux, au compte gouttes, sur le réseau pour que la rumeur et les fans se jettent sur le hardware qui fera fonctionner ces logiciels si facilement copiés. Les pirates peuvent gagner encore plus d'argent en fournissant des back ups, des sauvegardes de plusieurs jeux pour des sommes dérisoires. Un exemple : 12 dollars à Hong Kong pour un back up de jeux pour le GameCube de Nintendo. Des prix défiants toutes concurrences, mais qui rapporte beaucoup pour les pirates qui n'ont quasiment aucun frais de fonctionnement.

Xbox, le cas d'école
Le mois de Mai 2002 aura été la mois de la console de Microsoft, la Xbox. Elle baisse de prix et par on ne sait quelle magie, pas moins de cinq puces underground apparaissent sur le marché. Des puces qui permettent de jouer avec tous les jeux de la console, mais surtout de jouer avec des copies. Depuis quelques semaines déjà des rumeurs faisaient état de possibilité de copier les jeux de la Xbox, mais entre le vrai et le faux, le web n'est plus à une rumeur prêt. Emulateurs pour cette console, tous faux, en avaient refroidi plus d'un, comme d'ailleurs les boots CD, censés permettre de jouer avec une copie en insérant d'abord un CD faisant sauter la protection de la Xbox. Pour ce qui est de la copie des jeux pour cette console, la guerre entre pirates et créateurs de puces ne fait que commencer. Début Mai donc, deux groupes de pirates, spécialisés dans les consoles de jeux, annonçaient avoir réussi à copier les premiers jeux Xbox. Les groupes se nomment Riot et ProjectX. Microsoft pouvait commencer à trembler. ProjectX est en fait un très grand groupe warez américain nommé Kalisto, il se serait allié à un autre groupe, appelé Echelon pour mettre au point les premiers backups Xbox. Des groupes qui sont spécialisés dans les logiciels contrefaits pour la Playstation 2. Dans tous ce "bordel" numérique, les concepteurs de puces se battent dans l'ombre. Xtender et Neo technologie se disputent pour savoir qui sortira la première puce pour la XBox. Puce qui permettra de jouer avec des copies. Cinq produits sont déjà sur le marché. La Xtender, la Neo X, l'Enigma X, la Pandora et la Messiah X. L'un des membres de Messiah nous expliquera qu'à part la Xtender et la Messiah les autres ne sont rien d'autre que des copies. La Xtender sera piratée quelques jours aprés sa sortie. Bref, du jamais vu dans le petit monde des bidouilleurs de consoles. Les Xtenders auront d'ailleurs diffusé une vidéo début mai montrant la capacité de ce groupe à lire une copie de jeux Xbox. "Le grand public y croit mais sortiront-elles un jour ces puces et à quel prix ? On risque de voir des puces à plus de 100 euros avec plus de 30 fils à souder (...) Ebay va encore être rempli de Xbox "cramées" comme il a été le cas avec les PS2. Les soudures sont très précises sinon c'est la fin de la console et direction poubelle" va nous expliquer un féru du fer à souder. Comptez pour une puce entre 70 et 100 dollars, rajoutez quelques dizaines d'Euros de plus pour faire appel à un soudeur pro. Attention, si la soudure plante, la console est morte. Si la soudure est ok, vous voilà avec une console qui n'a plus de garantie et qui tombe sous le coup de la loi. Pourquoi la loi ? Il va bien falloir les copier les jeux, et ici pas question de vous cacher sous le "C'est ma copie de sauvegarde". Les groupes ont d'ailleurs très vite mis en ligne les outils qui permettent la copie des jeux Xbox avec une série d'outil dont un qui doit enchanter Microsoft. Le logiciel n'est rien d'autre que le Microsoft Xbox Software Developement Kit. Il semble qu'il y ait des fuites chez Microsoft car ce genre de logiciel ne se trouve pas vraiment au coin d'un web. Pour ce qui est des jeux il n'aura pas fallut bien longtemps pour les voir débouler sur les ftp pirates. Trois groupes, ProjectX, Riot et Syndicate, affichent déjà plus d'une cinquantaine de jeux copiés. Si vous souhaitez en savoir plus sur les réseaux warez sur le réseau nous vous invitons à découvrir notre article à ce sujet dans la troisième édition de ZATAZ Magazine papier. En vente chez tous vos marchands de journaux.

Les grandes marques se consolent comme elles peuvent
Mais alors que fait la justice face aux milliers de sites web qui proposent ce genre de chose ? Elle y travaille mon bon monsieur, elle y travaille... mais sans véritable grand résultat. Que peut-elle faire face à des sites mis en place par des sociétés basées à Hong Kong, qui s'arrangent, bien sur, pour ne laisser aucune trace. S'arrange pour baser le site pirate et ses petits frères, les sites miroirs dans des paradis sans lois comme la Russie et le tour est joué. Ces sociétés qui fabriquent et/ou distribuent le matériel servant à cette contrefaçon n'ont plus qu'à faire de la publicité sur les sites pirates qu'elles ont créé et le tour est joué. Bien sur, rien n'indique qu'ils sont auteurs des sites pirates, sauf les initiés. Pendant ce temps, Sony, Nintendo, Sega font la guerre aux pirates presque chaque jour, chaque heure mais sans grand résultat. Des coups d'éclats, plus médiatique qu'autre chose, parsèment la presse. Sega avait par exemple, à l'époque de la Dreamcast, écrit aux sites pirates fournissant des back up de jeux pour sa 128 bits.

Incontournable
http://www.europsx.com

Xbox made in Underground
http://www.xboxhackz.com/

Douanes US et les consoles de jeux
http://www.digital.org.au/issue/ipwfeb02.htm

Web chinois dédié aux consoles
http://www.lik-sang.com

Efficace car Sega s'était arrangé pour fournir dans son courrier les coordonnées privées du contrefacteur. De quoi échauder bien des copieurs du village planétaire. Nintendo lui a dernièrement mis les bouchées doubles pour que des copieurs soient arrêtés et jugés avant la sortie de titres phares. Une publicité à double emploi. La presse parle de contrefaçon, de pirate, faisant rêver les possesseurs de consoles et de l'autre le producteur de jeux se fait un petit coup de publicité dans la presse sur son dernier jeu, qui comme par hasard est la cible des vilains pirates. C'est la méthode qu'a utilisé Nintendo en Corée lors du lancement des Pokémons dans ce pays au mois d'avril dernier. L'ampleur du phénomène n'est donc plus pris à la légère. Konami a déjà pu saisir plusieurs milliers de copies de son jeu phare, Metal Gear Solid 2. En octobre 2000 Sega Etats-unis lançait, via un courrier, un ultimatum à tous les sites qui diffusaient des informations sur le piratage des jeux Dreamcast. En gros plus question d'expliquer comment faire sauter telle ou telle protection, … Sega en profitera pour demander la fermeture de tous les forums de discussions qui abordaient, de près ou de loin, la copie des du papa de Sonic. Les douaniers américains ont trouvé la parade, enfin presque. Les douanes US appliquent le DMCA, comprenez le Digital Millenium Copyright Act à la lettre, en bloquant toutes les importations du site lik-sang.com. Ce site chinois, très connu par les amateurs de puces et autres hardwares ésotériques, est accusé par les ayant-droit d'être LE fournisseur d'outils permettant de jouer aux jeux piratés. Bref, des techniques contre le piratage qui ne sont qu'une triste goutte d'eau dans cet océan quasi insondable.

Pour finir ce reportage il est important de noter que les amateurs d'émulations ne sont pas tous à mettre dans le paquet pirates. Beaucoup d'entre eux sont des vrais passionnés d'anciens jeux et ne cherchent pas à collectionner la derniere réalisation tournant sur la console de salon hi-tech. Ces fans là ont plutôt tendance à s'émerveiller d'une émulation d'une démo CPC ou d'un vieux jeux NES rentré dans le domaine public.

 

Conseiller cet article Réagir RSS ZATAZ Partager cet article sur Wikio Partager cet article sur Scoopeo Digger cet article ! Partager cet article avec mes amis sur Facebook ! Partager cet article sur Fuzz Partager cet article sur del.icio.us Envoyer cet article sur Blogmarks

Derniers contenus

Fuite de données d'auditeurs de France Info

29-04-2014 à 12:55 - 0 commentaire(s)

Ip, mail et système informatique des auditeurs web de France Info accessibles aux pirates.

Problème de sécurité pour M6 Boutique

29-04-2014 à 12:10 - 0 commentaire(s)

Un bug sur le site web de M6 Boutique pourrait permettre de piéger les clients de cet espace de télé achat.

Le contrôleur Européen de la Protection des Données a des fuites

29-04-2014 à 11:50 - 0 commentaire(s)

Le site Internet du Gardien Européen de la protection des données personnelles a des problèmes avec sa propre sécurité informatique.

Watch Dogs : plusieurs failles corrigées pour Chicago

28-04-2014 à 14:19 - 0 commentaire(s)

Plusieurs importants sites de la Ville de Chicago corrigés via le protocole d'alerte de zataz.

66 pays visés par un code malveillant dédié aux SMS

28-04-2014 à 11:51 - 0 commentaire(s)

SMS Android OS FakeInst, un logiciel malveillant qui utilise vos SMS pour détourner de l'argent.

Anonymous lance le projet AirChat

28-04-2014 à 11:40 - 0 commentaire(s)

AirChat, un projet Anonymous qui souhaite permettre la diffusion de données numériques par la bande FM.

Google rembourse des utilisateurs d'Android

28-04-2014 à 11:16 - 0 commentaire(s)

Un virus informatique cachée dans une application Android ? Google s'excuse et rembourse les internautes piégés.

Piratage d'une Université pour fabriquer des bitcoins

28-04-2014 à 11:02 - 0 commentaire(s)

Des pirates informatiques ont compromis cinq serveurs de l'Université de l'Iowa pour installer une fabrique de bitcoins.

Sur le même thème : Lois - Justice

Le blocage de site web validé par la Cour Européenne

L'Union Européenne autorise le blocage de sites Internet diffuseurs de données contrefaites.

Un pirate Marocain arrêté en Thaïlande

Un pirate informatique, auteur présumé de plusieurs hacks dans des banques européennes, arrêté en Thaïlande. La Suisse demande sa tête.

La copie privée : Digital Europe n'a pas (encore) tué la culture européenne

La commission des affaires juridiques du Parlement européen a finalement adopté le rapport Castex à une large majorité.

Pirate Chinois arrêté via coopération Sino Américaine

La police chinoise arrête un pirate informatique, membre présumé d'un groupe international avec l'aide de la police Roumaine, Indienne et du FBI.

Plainte contre le pirate du site de Dieudonné

Une plainte pour piratage informatique déposée par l'humoriste polémiste Dieudonné.

Non, on ne peut pas auditer un site à la sauvage

Tester la sécurité d'un site Internet que l'on visite n'est pas autorisé sans l'accord des propriétaires.

4 ans de prison pour un mafieux de la carte bancaire piratée

Un pirate informatique bulgare, spécialiste de la carte bancaire, écope de 4 ans de prison dans une geôle française.

A la rencontre des cybergendarmes du Pas-de-Calais

Les technologies employées par les pirates informatiques évoluent. Les cybergendarmes tentent de s'adapter aux flots de données que déverse le numérique. Réussissent-ils ? Rencontre avec les Ntech du Pas-de-Calais.

Vos réactions ( 0 )

Réagir

 


Syndication RSS

nabaztag

  • http://www.wikio.fr
  • netvibes
  • NewsGator Online
  • Rojo
  • Bloglines
  • Google

ZATAZ mobile et PDA